Notre histoire

Hayley a appelé sa société BEAR après avoir lu en janvier 2009 un article qui lui a paru bien trop familier… L’article étudiait les ours qui s’étaient rapprochés des villes pour fouiner dans l’arrière-cour des restaurants de malbouffe et dans les poubelles.

Ces ours citadins étaient 30 % plus gras que leurs congénères sauvages, qui se nourrissent de saumon et de fruits sauvages.

Ceci lui apparut comme une parfaite illustration de l’objectif initial de BEAR : un coup de pouce pour retrouver une alimentation plus proche de la nature.

---}